Home > Companies > DANSES ET BALLET MASQUÉ DE BALI

DANSES ET BALLET MASQUÉ DE BALI

Troupe Carmanwati de Sebatu

Situé au cœur de l'île, dans des rizières offrant la vue sur le plus haut volcan, le village montagnard de Sebatu a connu une fortune particulière. C'est à partir de 1969 que des mélomanes français ont remarqué les musiciens de Sebatu pour leur style très poétique, d'une singulière délicatesse. Cela leur a permis, depuis 1972, de participer à de nombreuses tournées en Europe, au cours desquelles la troupe a eu notamment l'honneur de danser sur la scène de l'Opéra Garnier à Paris et d'être invitée par Pierre Boulez au Festival d'Aix-en-Provence. En 2022, la troupe de Sebatu revient, rajeunie. Aux anciens encore actifs sont venus se joindre deux tiers de musiciens des générations suivantes et le corps de ballet est bien sûr constamment renouvelé. Les membres de la troupe remplissent leur devoir civique en jouant et dansant lors des rituels, tout en s'entraînant sans relâche pour les spectacles séculiers, car à Bali le niveau de prestation artistique ne cesse de s'élever. Le répertoire qui a fait la réputation de Bali et de cette troupe est ainsi revitalisé. Un spectacle en forme de témoignage d'un temps où les rois étaient des esthètes.

 

 

Photo Marc Monnet

DANSES ET BALLET MASQUÉ DE BALI

Programs

Musiques, danses et ballet narratif de Bali

25 musiciens d'orchestre gamelan, 11 danseurs et danseuses

1ère PARTIE : Gong Kebyar / Fleurons de la musique et de la danse balinaise

La première partie du spectacle présente une succession de danses séparées, comme dans les revues créées d'abord pour les premiers touristes à Bali et les expositions coloniales et universelles en Europe, revues que les Balinais ont reprises à leur compte, pour leur propre divertissement.

Après l'ouverture instrumentale au gamelan, les danses iront ici du ballet citoyen villageois à « l'art pour l'art » des Kebyar du XXe siècle, solos virtuoses de style androgyne, en passant par le grand solo classique de la danse masculine, le martial Baris Tunggal.

 

2ème PARTIE / Ballet narratif, L'histoire du Roi Lasem

Depuis les années 1920, les revues (d'abord créées pour le public étranger) ont extrait en danses séparées des éléments des grandes formes de théâtre dansé classique balinais qui, dans la tradition, développent des arguments narratifs pendant des nuits entières et qui ont mérité de marquer profondément Antonin Artaud. Les spectacles touristiques ont aussi transformé le chœur chorégraphié Kecak en ballet de Ramayana condensé au milieu d'une prétendue « danse des singes ».

Remédiant à cette perte de sens, perte de fonction, perte d'art vocal et de paroles, cette seconde partie prolongera de façon inédite l'histoire du méchant roi Lasem qui est l'argument du plus célèbre ballet royal balinais (Légong Kraton). Le récit, porté par les couleurs vocales d'un narrateur (et par un surtitrage en français) continuera après le Légong Kraton, en empruntant divers éléments à la littérature tantrique hindoue-javanaise (12e-13e siècle) dite « cycle de Panji » dont est issue l'histoire du roi Lasem.

En entraînant le roi Lasem dans la jungle, lieu initiatique, le récit articulera des éléments de traditions tantriques puissantes, pratiquées rituellement dans les cimetières (et autres lieux impurs tels jungles, ravins, plages et carrefours), bien qu'hélas galvaudées aussi dans les divertissements pour le public non-Balinais : les masques (traditionnellement sacrés) des faunes Jauk, de la Bête Barong et de la 'sorcière' (tantrika) Rangda et le Tjak (chœur Kecak).

Le sens, le processus et la motivation de ces traditions spectaculaires seront ainsi restitués : la vocation des Balinais, dictée par le nom de leur île, est avant tout de renverser (bali/wali) le processus de création de l'univers, car le fractionnement et la différenciation y augmentent naturellement, conduisant fatalement au chaos. Les masques terribles et le chœur Kecak font partie des nombreux procédés balinais du somya, 'rajeunissement' (de l'univers, de la société et des personnes), qui consiste à réunifier, réarticuler, recentrer et réintégrer... autrement dit en un 'endorcisme', l'inverse de l'exorcisme qui chasse le mal vers l'extérieur.

See all companies

Discover
THIS COMPANY

CONTACT US